L’IMC, indicateur de santé ?


Inventé au XIXe siècle par Adolphe Quételet, physicien belge, l’IMC a d’abord été utilisé dans l’armée pour catégoriser les recrues selon leur corpulence. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que les chercheurs et les médecins commencent à s’y intéresser.

Je calcule mon IMC maintenant !


Qu’est-ce que l’IMC aujourd’hui ? 

L’Indice de Masse Corporelle (IMC) est un estimateur intéressant de la corpulence global d’une personne. 

Son calcul est le suivant : IMC = poids (kg) / taille (m)2

La valeur obtenue est interprétée selon de système de classification international défini par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

•IMC < 18,5 kg/m2, insuffisance pondérale 
•18,5 kg/m2 < IMC < 25 kg/m2, corpulence normale  
•25 kg/m2 < IMC < 30 kg/m2, surpoids
•IMC > 30 kg/m2, obésité 

Le surpoids et l’obésité sont diagnostiqués grâce à plusieurs outils notamment le calcul de l’IMC et le tour de taille. 

L’IMC est un outil très utile par contre, il ne reflète que partiellement une bonne ou une mauvaise santé. 

En cas de question concernant votre IMC, parlez-en avec votre médecin ou diététicien. 


L’interprétation de l’IMC est-elle valable pour tous ?

Toutes les populations (sportifs, personnes âgées, femmes enceintes et enfants) ne devraient pas se référées aux normes actuelles de l’IMC. 

Chez les personnes âgées de plus de 65 ans, il a été démontré qu’un IMC entre 23 et 27 kg/m2 était plus optimal pour une bonne santé que la plage standard. Le taux de mortalité n’augmenterait pas avant un IMC de 33 chez ces individus. 

Chez la femme enceinte ou qui allaite, l’utilisation de l’IMC n’est pas recommandée. Le gain de poids souhaitable durant la grossesse est toutefois basé sur l’IMC avant grossesse.

Enfin, chez les enfants entre 2 et 18 ans, la détermination de l’IMC se fait grâce à un autre calcul et est à reporter sur le carnet de santé. Il existe une charte pour les garçons et une pour les filles puisque les niveaux de graisse corporelle sont différents. 


Les limites du calcul de l’IMC 

La répartition des liquides n’est pas prise en compte dans le calcul et peut varier de façon importante. En cas de rétention d’eau, on constate souvent une prise de poids rapide. Mais, il s’agit seulement d’une variation transitoire du poids. 

L’IMC ne différencie pas la masse grasse, la masse maigre ou encore la masse osseuse de l’individu. La masse musculaire étant plus dense et lourde que la masse grasse, une personne très musclée pourra avoir un IMC à 30 kg/m2 sans être un profil à risques. 

De plus, il ne fournit pas non plus d’indication concernant la répartition du tissu adipeux. Un individu ayant un IMC normal peut avoir un tour de taille élevé, représentatif d’une accumulation potentiellement pathologique de graisses au niveau des viscères. Il est donc nécessaire de compléter l’examen par d’autres mesures comme le rapport tour de taille sur tour de hanche. 

Deux personnes ayant un IMC identique pourront avoir des corpulences totalement différentes. 

Il est important de garder en tête que nous sommes inégaux face aux problèmes de poids. La maigreur peut être constitutionnelle et une obésité peut ne pas entraîner de complications. Aussi, l’obésité se résume essentiellement à des niveaux excessifs de gras corporel et pas au poids corporel. Pour mieux estimer les risques, il est essentiel d’additionner les outils d’analyse, de prendre en compte l’individu notamment avec ses facteurs génétiques et environnementaux. 

Chez les personnes en processus de changements d’habitudes de vie, il n’est pas rare que le poids bouge peu et donc que l’IMC ne change pas non plus. Par contre, il peut y avoir une augmentation de la masse musculaire, diminution du gras corporel, meilleure répartition du gras corporel, etc. L’IMC ne reflète pas toutes ces modifications corporelles bénéfiques à la santé. 








Sources : 
https://www.frm.org/nos-publications/actualites/imc-indicateur-poids
https://www.ameli.fr/rhone/assure/sante/themes/surpoids-adulte/calcul-imc-bilan-medical
https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=IMC

Ces articles peuvent aussi vous intéresser                                                                                                          

Microbiome et IMC

Selon une étude norvégienne, la composition du microbiome d’un enfant de 2 ans serait prédictive de son risque ultérieur d’être en surpoids ou obèse.

Les conséquences du surpoids et de l’obésité

L’obésité est une maladie chronique évolutive. Elle est présente sur l’ensemble des pays industrialisés. Il s’agit d’un problème de santé publique car elle entraine des conséquences défavorables sur la santé. 


Zone d'activités Nativelle - Bat 4bis
1 Chemin de Saulxier - 91160 Longjumeau, France - Tél : +33 6 44 32 25 68



Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous autorisez l’utilisation des cookies et technologies similaires pour collecter des informations nous permettant de mesurer notre audience.
En savoir plus